Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Après 7 années de lutte, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac en 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de recherche de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône, de l’hérault. Toutefois, AILLEURS, d’autres sont encore valides et la lutte continue : En savoir plus

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Alaska offshore : Trump ouvre l’arctique aux pétrogaziers en 2019

Alaska offshore : Trump ouvre l’arctique aux pétrogaziers en 2019

jeudi 22 novembre 2018

ALASKA OFFSHORE : TRUMP OUVRE L’ARCTIQUE AUX PÉTROGAZIERS EN 2019

L’administration Trump a mis en ligne le 16 novembre dernier la consultation publique d’un projet de décret présidentiel relatif à l’ouverture de 26 304 566 hectares d’une partie de l’arctique états-unien connue comme la Mer de Beaufort, à l’exploration pétrogazière.

Les groupes écologistes contestent la décision du président Trump de révoquer un ordre datant de l’ère Obama qui avait mis les mêmes eaux à l’abandon de la production de pétrole et de gaz.

Depuis des décennies, les partisans des forages pétroliers et gaziers considèrent l’Arctic National Wildlife Refuge d’Alaska comme une région riche en ressources naturelles qui pourrait contribuer à alimenter la quête de l’indépendance énergétique des États-Unis.

Le Congrès est peut-être sur le point de leur donner enfin la permission de prononcer un ancien mantra républicain : Drill, baby, drill.

L’Arctic National Wildlife Refuge ou ANWR est une section de 19,6 millions d’acres du nord-est de l’Alaska qui est considérée comme l’une des régions les plus vierges des États-Unis. Souvent désigné comme le dernier grand désert américain, il abrite des ours polaires, des caribous, des orignaux d’Alaska, des carcajous, des oiseaux migrateurs et d’autres animaux.

C’est aussi la patrie des Gwich’in, un groupe d’autochtones vivant dans le pays depuis des milliers d’années.

Le président Eisenhower a déclaré le refuge zone protégée par le gouvernement fédéral en 1960. Le forage pétrolier et gazier dans le refuge a été interdit en 1980 et, depuis lors, plusieurs présidents et congrès ont résisté aux efforts visant à autoriser l’exploration dans la région. Le président Clinton a opposé son veto à un projet de loi budgétaire en 1995, car cela aurait permis de forer dans le refuge. Dix ans plus tard, les sénateurs démocrates ont tué un plan similaire du parti populaire.

Lire l’article sur USA Today


Les États-Unis entament le processus d’ouverture du forage arctique offshore malgré la poursuite judiciaire fédérale

L’administration Trump a entamé le processus d’ouverture du forage pétrolier et gazier d’une vaste zone des eaux fédérales au large de l’Alaska, en tenant compte des commentaires sur un plan de forage qui fait déjà l’objet d’un recours en justice. Le Bureau d’Ocean Energy Management a annoncé jeudi qu’il allait commencer à accepter les commentaires du public sur la possibilité de forer environ 65 millions d’acres de forage pétrolier en mer dans la mer de Beaufort et envisage de conclure un bail en 2019.

Les eaux ont été en litige depuis le début de l’administration Trump. Dans l’un de ses derniers actes en tant que président, Barack Obama leur avait interdit l’accès au forage. Et dans l’un de ses premiers actes en tant que président, Donald Trump a décidé de renverser cela avec un décret de son propre chef.

En réponse, Earthjustice et le Natural Resources Defense Council ont engagé une action en justice devant un tribunal fédéral en Alaska au nom d’une douzaine d’organisations environnementales.

L’affaire est loin d’être terminée. La semaine dernière, un juge fédéral en Alaska a entendu les plaidoiries. Elle devrait être jugée d’ici trois à cinq mois. "La vente de bail proposée chevauche la zone retirée par le président Obama et ne peut être poursuivie que si l’ordre du président Trump essayant de révoquer la protection Obama est légal", a déclaré Eric Jorgensen, avocat général du bureau régional de Earthjustice en Alaska.

BOEM : La Cour ne bloque pas la planification

L’interdiction de forage imposée par Obama s’appuyait sur les pouvoirs que lui conférait la loi de 1953 sur les terres du plateau continental extérieur (OCSLA), qui permet à un président de retirer certaines zones de la production.

Les groupes écologistes ont fait valoir qu’OCSLA donnait clairement aux présidents le droit de retirer définitivement des zones de forage et que seul le Congrès pouvait réintégrer ces terres. "Nous affirmons que le président Trump n’a pas le pouvoir de révoquer les protections du président Obama", a déclaré Kristen Monsell, une avocate principale du Centre pour la diversité biologique, qui fait partie du procès. "Ils étaient permanents et ont été mis en place pour de très, très bonnes raisons."

Dans son annonce jeudi, BOEM a annoncé son intention de préparer une déclaration d’impact environnemental pour une vente de bail en 2019 dans la mer de Beaufort, et a annoncé les dates d’une série de réunions publiques qui se tiendraient à Anchorage et sur le versant nord de l’Alaska en décembre. La période de commentaires sera ouverte pendant 30 jours à compter de la publication de l’annonce dans le Federal Register, prévue vendredi. Le porte-parole de BOEM, John Callahan, a déclaré que le litige n’aurait pas d’incidence sur le calendrier du programme de location proposé et qu’il ne devait pas être résolu avant que le gouvernement ne commence à planifier. Il a ajouté que l’agence prévoyait de publier un projet de plan de bail et une déclaration d’impact sur l’environnement d’ici la fin de l’année.

La décision d’Obama suscite des inquiétudes face aux déversements

La décision d’Obama de retirer les eaux de forage des eaux de l’Arctique a été prise en partie par crainte d’une marée noire en raison de la situation qui pourrait se produire en cas de marée noire.

Cette décision "reflète l’évaluation scientifique selon laquelle, malgré les normes de sécurité élevées que nos deux pays ont mises en place, les risques de marée noire dans cette région sont considérables et que nous sommes en mesure de remédier à la situation. les conditions difficiles sont limitées ", a déclaré un communiqué de la Maison-Blanche à l’époque.

"L’Arctique est incroyablement fragile et nous ne devrions pas forer là-bas", a déclaré Monsell. "C’est incroyablement dangereux, et la science nous dit que toutes les ressources connues doivent rester dans le sol si nous voulons éviter les impacts les plus catastrophiques du changement climatique.

Cette annonce fait exactement le contraire". Le mois dernier, l’administration Trump a donné l’autorisation finale à Hilcorp de forer du pétrole sur une île artificielle qu’elle construirait dans les eaux fédérales le long du North Slope, en Alaska, un projet loué avant le moratoire. Toutefois, le projet a déjà connu des difficultés en raison de la hausse des températures, car la construction de l’île nécessite une grande quantité de glace de mer rapide pour transporter de l’équipement et du gravier sur le site. Cette glace n’a pas réussi à se former cette année comme prévu.

Lire l’article sur Inside Climate News.org

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes