Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Dakota Pipeline : soutien aux Sioux de Standing Rocks

Dakota Pipeline : soutien aux Sioux de Standing Rocks

mercredi 16 novembre 2016

APPEL DE SOUTIEN AUX SIOUX DE STANDING ROCKS MENACÉS PAR LE DAKOTA PIPELINE AUX ÉTATS-UNIS

Appel mondial de soutien aux Sioux de Standing Rocks et aux Amérindiens ainsi qu’aux agriculteurs et à tous ceux qui sont menacés par le Dakota Pipeline aux États-Unis

Le temps est venu. Un soutien à la tribu de Standing Rock est nécessaire.

Il n’est plus possible de tolérer la promotion des intérêts des sociétés pétrolières par le mensonge, les balles en caoutchouc, les matraques et l’armée des États démocratiques parce que ces États deviennent alors antidémocratiques.

Notre défi commun est de protéger les gens et l’eau contre la mauvaise volonté des entreprises. Protégez l’espace vital de Standing Rock Sioux MAINTENANT. Demain sera trop tard.

- Frack Free World propose une action :
Veuillez écrire une lettre ouverte au président des Etats-Ubis via l’ambassade américaine.
Cette lettre peut aussi être envoyée aux médias, publiée sur les réseaux sociaux, sites internet etc.
Modèle de lettre à envoyer à : Ambassade des Etats-Unis d’Amérique - 2 avenue Gabriel - 75008 Paris

- Infos mais aussi chansons de soutien (Trevor Hall, Neil Young) sur : Frack Free World

- Suivre l’actualité du mouvement de résistance :
* La page Facebook du camp
* La page Facebook de Josh Fox


 

LES AMÉRICAINS INDIGÈNES FONT FACE À UNE FORCE EXCESSIVE DANS LES MANIFESTATIONS DU PIPELINE DU DAKOTA DU NORD

GENÈVE (15 novembre 2016) - Un expert des droits de l’homme des Nations unies a accusé les forces de sécurité américaines d’avoir recours à une force excessive contre les manifestants qui tentent d’arrêter un projet de pipeline qui traverse des terres consacrées aux populations autochtones.

Selon Maina Kiai, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion et d’association pacifiques, les forces de l’ordre, les sociétés de sécurité privées et la garde nationale du Dakota du Nord ont utilisé une force injustifiée pour traiter les opposants au pipeline Dakota Access.

Certaines des 400 personnes détenues pendant les manifestations avaient subi "des conditions inhumaines et dégradantes en détention", a ajouté M. Kiai.

Les manifestants disent avoir fait face à des balles en caoutchouc, à des gaz lacrymogènes, à des matraques, à des grenades à compression tout en exprimant leurs préoccupations à l’égard de l’impact environnemental et en essayant de protéger les cimetières et autres sites sacrés de la tribu Sioux Rock.

"Les tensions se sont intensifiées au cours des deux dernières semaines, les forces de sécurité locales ayant recours à une réponse de plus en plus militarisée face aux manifestations et au déplacement forcé de camps situés près du chantier", a déclaré l’expert en droits.

"Il s’agit d’une réponse troublante aux personnes qui prennent des mesures pour protéger les ressources naturelles et le territoire ancestral face à l’activité de recherche de profits", a t-il noté.
"L’utilisation excessive de l’appareil de sécurité de l’Etat pour réprimer les manifestations contre les activités corporatives qui sont présumées violer les droits de l’homme est erronée et contraire aux Principes directeurs des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l’homme".

« Les gens pensent que leurs préoccupations sont ignorées et ont le droit d’organiser des assemblées pacifiques afin que ces préoccupations puissent être entendues. » Les autorités ont l’obligation de protéger activement ce droit, a t-il ajouté.

Le Rapporteur spécial a reconnu que certaines manifestations étaient devenues violentes, mais a souligné que la réponse devait être strictement proportionnée et ne pas affecter les manifestants pacifiques.

"Le droit à la liberté de réunion pacifique est un droit individuel, et il ne peut pas être enlevé indistinctement ou en masse en raison des actes violents de quelques-uns", a t-il dit. « L’utilisation de la violence par certains manifestants ne doit pas servir de justification pour annuler les droits pacifiques de tous les autres ».

Le Rapporteur spécial s’est dit préoccupé par l’ampleur des arrestations et des conditions de détention : « Le fait de marquer des personnes et de les détenir dans des cages surpeuplées, sur le plancher de béton nu, sans recevoir de soins médicaux et avec traitement dégradant. "

M. Kiai a également a informé d’une annonce du 8 novembre par l’opérateur de pipeline Energy Transfer LLC Corporation, affirmant que la phase finale de la construction commencerait dans deux semaines, ignorant "délibérément" une précédente décision des organismes fédéraux. « J’appelle la Pipeline Company à interrompre toutes les activités de construction dans un rayon de 20 milles à l’est et à l’ouest du lac Oahe », a-t-il déclaré.

La construction de l’oléoduc s’est poursuivie malgré un appel lancé en septembre our son arrêt par le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz, et d’autres experts.

Le pipeline de 1,7 milles (1 890 km), conçu pour transporter du pétrole brut à une raffinerie près de Chicago, est construit par Energy Transfer et le Corps of Engineers de l’armée américaine.
Les manifestants disent que plusieurs sites sacrés de la tribu des Sioux rocheuses ont déjà été détruits au bulldozer et que des travaux de construction approchent du fleuve Missouri considéré comme sacré. En outre, les manifestants estiment que le projet représente une menace importante pour la qualité de l’eau potable.

L’appel de M. Kiai a été approuvé par
le Rapporteur spécial sur les peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz
le Rapporteur spécial sur les droits culturels, Karima Bennoune
le Rapporteur spécial sur la question des obligations en matière de droits de l’homme relatives à la jouissance d’un environnement sûr, propre, sain et durable, John Knox
le Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, Michel Forst
le Rapporteur spécial sur les droits de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement, Léo Heller
le président actuel du Groupe de travail des Nations Unies sur la question des droits de l’homme et des sociétés transnationales et autres entreprises commerciales, Pavel Sulyandziga.

Lire le rapport de Maina Kiai, expert des droits de l’homme des Nations unies

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes