Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Fin 2017, après 7 années de lutte, sont enfin abrogés les permis Gard-Ardèche dits du Bassin d’Alès, de la Plaine d’Alès et de Navacelles : L’actualité juridique et administrative des permis

Accueil > Boite à outils "Transition Énergétique" > Le gazoduc Fos-Dunkerque et son tronçon en Vallée du Rhône

Le gazoduc Fos-Dunkerque et son tronçon en Vallée du Rhône

samedi 4 juin 2016


Engageons une réflexion
Parce que la lutte contre les gaz et huile de schiste s’insère dans dans un cadre énergétique plus global et parce que nous sommes soucieux de vivre dans un monde économiquement, socialement et écologiquement soutenable, il parait important de porter une réflexion approfondie sur les différentes formes d’énergies que nous utilisons.


ERIDAN, L’ABERRANT GAZODUC D’ENGIE

Dans la très encombrée – et nucléarisée – vallée du Rhône, une filiale du groupe s’apprête à construire une autoroute du gaz. Mais l’utilité de cette canalisation, explosive par nature, reste à démontrer. Où se mêlent intérêts industriels, enjeux européens et interrogations sur l’exploitation, localement, des gaz de schiste.

Eridan, c’est son nom, n’a rien d’un long gazoduc tranquille. Il reliera Saint-Martin-de-Crau (Bouches-du-Rhône), près de Fos-sur-Mer et de ses terminaux méthaniers, à Saint-Avit, au nord de la Drôme. Soit 220 kilomètres de tuyau dans un couloir ô combien encombré. Marcoule à gauche, Tricastin à droite… Sur la carte, le tracé mitonné par GRTgaz zigzague entre les sites nucléaires. Il s’additionne à une ligne à grande vitesse, une autoroute et des lignes à haute tension. Dans le Gard, il traverse les vignes de l’appellation Signargues ; plus au sud, la plaine de la Crau, réputée pour son foin. Résultat, Eridan soulève dans son sillage une multitude d’oppositions. Alors qu’en général une telle infrastructure, discrète car enterrée, passe quasi inaperçue.

Sur la totalité du parcours d’Eridan, la population concernée oscillerait entre 30 000 et 35 000 individus. « Au départ, on n’a pas vraiment réagi. Le débat public [en 2009] s’est déroulé sans tracé précis, on parlait d’un fuseau, de “gros tuyau”, reprend l’élu local. Et puis en 2012, on découvre que GRTgaz veut passer au pied de Marcoule ! » _ Autrement dit, le berceau du nucléaire français. Le site historique du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), où cohabitent des usines Areva et EDF, ainsi que six réacteurs en cours ou en attente de démantèlement dont le fameux Phénix, se trouve en face de la commune, sur l’autre rive du Rhône.
L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) tique. « Les exploitants estiment que le tracé de la canalisation induit, en cas d’accident, des conséquences inacceptables sur les installations nucléaires », écrit la division de Marseille dans une lettre datée du 18 février 2013.

Une étude est commandée à l’Ineris, un institut placé sous la tutelle du ministère de l’écologie et chargé d’évaluer les risques industriels. Son rapport démontre la dangerosité d’Eridan.

4 juin 2016 | Par Nicolas Barriquand pour MÉDIAPART


LE GAZODUC FOS-DUNKERQUE
ET SON TRONÇON EN VALLÉE DU RHÔNE

L’objectif de ce projet Eridan est l’import d’hydrocarbures « gaz » depuis le terminal méthanier de Fos dont, très certainement, du Gds en provenance d’Ailleurs (Algérie, USA, Argentine)
Il est l’un des cinq maillons du dispositif prévu par GRTGaz pour relier la mer du Nord à la Méditerranée afin de transporter du gaz naturel sous 80 bars de pression.

Sa très grande capacité (20 millons de m3 de gaz) et son tracé vont donc multiplier les risques et les nuisances auxquels sont déjà soumis les habitants de ce secteur de la Vallée du Rhône (Voie ferrée, LGV, RN7, autoroute A7, sites nucléaires, centres d’enfouissement, ...).

Selon le Collectif « ALTERNATIVE AU GAZODUC FOS-DUNKERQUE » :
Site internet du Collectif « Alternative au Gazoduc Fos-Dunkerque »

L’année 2015 peut être une année charnière, avec la Conférence de Paris, pour arrêter plusieurs « grands projets inutiles imposés », dont celui-là !
* Comment accepter que l’on interdise (du moins pour l’instant…) d’extraire du gaz de schiste en France et refuser de voir que les mêmes sociétés travaillent pour l’extraction, en d’autres régions du monde, à l’extraction de gaz de schiste pour l’importer et le consommer en France et en Europe ?
* Comment ne pas voir qu’un gazoduc géant de Fos à Dunkerque qui vient se surajouter au réseau français (un des meilleurs réseaux d’Europe qui maille bien le territoire), est la porte ouverte à cette arrivée d’un gaz de schiste venu d’ailleurs et qui pourrait, demain être extrait ICI, attendu que le tracé de ce gazoduc passe à proximité des principales zones potentielles de gaz de schiste de France ?

Les désastres sont considérables, non seulement en terme social et environnemental, mais aussi économique, pour peu que nous nous projetions dans la durée.

Nous sommes convaincus que les objectifs européens et français qui, pour l’énergie et le climat à l’horizon 2030, prévoit :
* un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % par rapport au niveau de 1990,
* une amélioration de l’efficacité énergétique de 30 %,
* enfin, une augmentation de la part des énergies renouvelables de 27 % dans le mix énergétique de l’UE, peuvent se traduire par une réduction de l’ordre de 50% de la consommation de gaz en Europe et en tout cas en France, comme le prévoit plusieurs rapports européens

Pour nous, l’objectif, au-delà de l’abandon pur et simple de ce projets dangereux, est de contribuer à la transition énergétique, avec nos moyens, telle qu’elle se dessine aussi à toutes les échelles de territoire.


LES INFRASTRUCTURES EN FRANCE

Selon la Direction Générale de l’Énergie et du Climat - Direction de l’Energie
L’industrie pétrolière et gazière en 2009 - Extraits de la fiche 11

- Le réseau français de transport de gaz naturel permet d’acheminer le gaz depuis les points d’importation sur le territoire national jusqu’aux lieux de livraison (distributions publiques et gros clients industriels).
Il est exploité par deux opérateurs :
* GRTgaz, filiale à 100 % de GDF-SUEZ, exploite 6 600 km de réseau principal et 24 500 km de réseau régional ;
* TIGF, filiale à 100 % de Total, exploite 600 km de réseau principal et 4 300 km de réseau régional.

- Les stockages souterrains de gaz naturel sont un maillon logistique essentiel de l’approvisionnement en gaz naturel pour un pays non producteur tel que la France. Ils permettent en effet aux fournisseurs d’ajuster leurs importations de gaz naturel à la consommation de leur clientèle, fortement dépendante du climat dans la plupart des cas.
Deux gestionnaires exploitent les stockages souterrains en France :
* Storengy, filiale à 100 % de GDF-SUEZ créée début 2009, gère un parc de 12 sites en France, dont 9 en nappes aquifères (centrés sur le bassin parisien) et 3 en cavités salines (dans le sud-est), représentant un volume total de 109 TWh (80 % des capacités françaises) ;
* TIGF exploite dans le sud-ouest deux sites en nappes aquifères, à Izaute et Lussagnet, qui représentent un volume utile total de 28 TWh (20 % des capacités françaises).

- Les terminaux méthaniers  : En 2009, le gaz naturel liquéfié à – 160° (GNL) a représenté environ 24 % des importations totales françaises (soit 141 TWh), ce qui correspond à un taux d’utilisation de
l’infrastructure supérieur à 75 %.
Le GNL arrivant en France provient essentiellement d’Algérie, du Nigeria et d’Egypte.
Deux terminaux méthaniers sont actuellement opérationnels en France à Fos Tonkin (7 Gm3/an) et à Montoir de Bretagne (10 Gm3/an). Tous deux sont la propriété d’Elengy, filiale à 100 % de GDF-SUEZ. Un troisième terminal est en cours de construction à Fos sur Mer par la Société du terminal de Fos Cavaou. Ce terminal est la propriété commune de GDF-SUEZ (69,7 %) et de Total (30,3 %).

- L’avènement de l’injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturel : notamment de garantir la vente de biogaz par les producteurs à des fournisseurs à un tarif public.


Le Collectif « Alternative au gazoduc Fos Dunkerque » dit NON au GAZODUC GÉANT et dit OUI à la LOI TRANSITION ENERGETIQUE, avec ses ambitions, son contenu et ses moyens

Collectif « Alternative au Gazoduc Fos-Dunkerque »
Chargé de mission, Jean-Pierre Gautry
26, rue Banasterie - 84000 Avignon
jp.gautry@gmail.com ou 06 11 87 85 60
Site internet du Collectif « Alternative au Gazoduc Fos-Dunkerque »


Collectif « ALTERNATIVE GAZODUC FOS-DUNKERQUE »

Les raisons de la colère

Trois raisons, contre la construction d’un gazoduc géant Fos-Dunkerque :

- L’injustice :
* Passage en force non démocratique, par un tronçonnage du projet ;
* Dangerosité très sous-estimée, voire masquée du projet gazoduc ;
* Risque mortel pour les uns à 1600 m. pour les autres à 20m de leur maison.

- Le danger mortel qui en cache un autre :
* Liens entre Gazoduc et zone d’exploration potentielle de gaz de schiste française (malgré les démentis) ;
* Un tracé de gazoduc qui précède une nouvelle production de gaz fossile ;

- L’incohérence d’un autre âge :
* Gaspillage financier, payé par le consommateur, pour aucune production énergétique ;
* Projet en désaccord avec les politiques de transition énergétique en France et Europe, seul résultat des lobbies à Bruxelles et à Paris ;
* Renforcement de la dépendance énergétique Française.

* La création du Collectif « Alternative au gazoduc Fos-Dunkerque »
* Les différentes zones d’échanges gaziers en France
* La « dorsale gazière »
* Eridan et les PERH de gaz de schiste
* Le gaz en France et en Europe
* Les dangers du gazoduc
* Les énergies renouvelables
* La transition énergétique
* Le Collectif « ALTERNATIVE GAZODUC FOS-DUNKERQUE »

Retrouvez dans ce document pdf (3,3 Mo) tout le détail de ces "raisons de la colère"
Site internet du Collectif « Alternative au Gazoduc Fos-Dunkerque »


Collectif « Alternative au Gazoduc Fos Dunkerque »

Argumentaire contre l’Arrêté inter préfectoral N° 2014300-0001 du 27 octobre 2014,
Relatif au Projet ERIDAN portant déclaration d’utilité publique les travaux de construction et d’exploitation de la canalisation de transport de gaz entre SAINT-MARTIN-DE-CRAU (13) et SAINT-AVIT (26), projet dénommé « ERIDAN », emportant mise en compatibilité des documents d’urbanisme des communes concernées, et instituant les Servitudes d’Utilité Publique « de passage » prévues aux articles L555-27 et R555-30 a) du code de l’Environnement, au bénéfice de la société GRTgaz.

- Le projet ERIDAN est contraire aux objectifs de la stratégie énergétique de la France et de l’Europe
- Il est démontré que le projet ERIDAN est en contradiction avec le plan stratégique de développement énergétique de la France
- Le projet ERIDAN est né d’une duperie et de données fallacieuses
- Le gazoduc géant Fos Dunkerque précède l’arrivée du gaz de schiste en France
- Le projet ERIDAN est dangereux, voire mortel et dans tous les cas, inégalitaire en droit
- ERIDAN appartient à la catégorie des « Grands Projets Inutiles Imposés »
- Le Collectif « Alternative au gazoduc Fos Dunkerque » dit NON au GAZODUC ERIDAN et dit OUI à la LOI TRANSITION ENERGETIQUE, avec ses ambitions, son contenu et ses moyens

Retrouvez dans ce document pdf (631 ko) tout le détail de l’argumentaire
Site internet du Collectif « Alternative au Gazoduc Fos-Dunkerque »


PÉTITIONS
Initiée par FNE 84, les Riverains du Rhône, PIERREDOMACHAL, l’ADECAR la cyberaction N° 646 : NON AU GAZODUC AU PIED DES CENTRALES NUCLEAIRES EN VALLEE DU RHONE est en cours.


 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes