Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Après 7 années de lutte, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac en 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de recherche de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône, de l’hérault. Toutefois, AILLEURS, d’autres sont encore valides et la lutte continue : En savoir plus

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Les hydrocarbures en crise

Les hydrocarbures en crise

jeudi 23 avril 2020

PANDÉMIE ET HYDROCARBURES

Bien que les cours du pétrole fluctuent de jour en jour, la bourse signale un fort avis de tempête sur les produits pétroliers

Article du 20 avril 2020

Selon les premières estimations, la consommation de pétrole dans le monde a chuté de 20 millions de barils par jour (mb/j) et jusqu’à plus de 30 mb/j pour les plus pessimistes. Avant la pandémie, le marché tournait autour des 100 mb/j.

L’effondrement de la demande due aux mesures de confinement pour endiguer la pandémis de Covid-19 et la saturation des capacités de stockage, notamment aux USA, engendrent une crise financière exceptionnelle pour les acteurs des hydrocarbures.

Certains pays pourraient payer pour se débarrasser de leur pétrole. « Il n’y a plus de limite à la baisse quand les stocks et les oléoducs sont pleins. Des prix négatifs sont possibles », mettait déjà en garde Pierre Andurand, gérant d’un influent hedge fund sur le pétrole, précisant toutefois sur Twitter qu’un tel phénomène serait éphémère.

Différence entre Europe et Etats-Unis : les tensions sur le stockage aux Etats-Unis expliquent la hausse de l’écart de prix entre le Brent (brut de référence européenne) et le WTI (brut de référence américaine).
Boursorama : cours des matières premières

- Aux USA, le prix du baril de pétrole brut américain (WTI) évoluait ces derniers mois entre 50 et 65 US$ le baril pour fluctuer entre 20 et 30 US$ le baril depuis le début du confinement (mars) puis s’effondrer en négatif ce lundi 20 avril pour ensuite remonter rapidement aux alentours de 12 US$ .
Boursorama : cours du WTI

- En Europe, le prix du Brent (brut de référence européenne) évoluait ces derniers mois entre 50 et 65 US$ le baril pour fluctuer entre 25 et 35 US$ le baril depuis le début du confinement (mars) pour dégringoler ces derniers jours jusquà 17 US$ ce 22/04.
Boursorama : cours du Brent

 

Aux USA, déjà durant les années 2010, lors de l’explosion de la production de gaz et pétrole de schiste, les prix sur les marchés avaient atteint des niveaux extrêmement bas. Les capacités de stockage étaient saturées et les producteurs vendaient le pétrole à n’importe quel prix pour éviter une fermeture coûteuse de leurs puits. Actuellement les prix sont tels qu’ils entrainent à des fermetures de puits et des pertes d’emplois.

Ce mardi 20/04, la crise financière aux USA s’est déclarée alors que les contrats arrivent à expiration. Les investisseurs qui les avaient achetés simplement pour les revendre à l’approche de la date butoir se sont retrouvés dans une situation inextricable, n’ayant pas trouvé d’acheteurs et n’ayant pas les moyens de recevoir la livraison de pétrole prévue dans le contrat car ne disposant des stockages nécessaires !

Pour nombre de spécialistes, une remontée significative des cours du pétrole à court terme est hautement improbable.L’accord portant sur une réduction de production de 10 millions de barils par jour signé le 12 avril par l’Opep et ses partenaires n’entrera en vigueur que le 1er mai et n’a semble-t-il pas convaincu les marchés, qui considèrent que les réductions promises ne suffiront pas à compenser la chute massive de la demande provoquée par la pandémie.

 

ET LE GAZ DANS TOUT ÇA ?

Depuis les années 60 le prix de vente du gaz est indexé sur le prix du pétrole. À cette époque les producteurs et importateurs étaient désireux de promouvoir le gaz naturel et de s’assurer que le gaz reste une énergie compétitif par rapport aux autres énergies notamment les produits pétroliers (fioul lourd et fioul domestique).

Ainsi, aujourd’hui encore, dans leurs contrats à moyen et long terme, les producteurs ont pris l’habitude d’indexer en partie leur prix sur le prix des produits pétroliers.

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop Gaz de Schiste
47 rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
contact@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes